Original : Profil épidémiologique des cancers de l’œsophage à l’Institut Joliot Curie de Dakar en 2018

Original : Profil épidémiologique des cancers de l’œsophage à l’Institut Joliot Curie de Dakar en 2018

ME. Charfi, AH. Bagué, A. Ahmed Awaleh, S. Ka, A. Dem.

INTRODUCTION : Le cancer de l’œsophage est l’un des cancers les plus fréquents dans le monde touchant plus souvent les sujets masculins que féminins et avec un pronostic sombre. Le but de notre travail était de décrire le profil épidémiologique des patients suivis pour cancer de l’œsophage à l’Institut Joliot-Curie en 2018. MATERIELS ET METHODES : Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive incluant tous les patients suivis à l’institut du 1er Janvier 2018 au 31 Décembre 2018 pour cancer de l’œsophage avec une preuve histologique. RESULTATS : Le cancer de l’œsophage représentait le 5ème cancer pris en charge. Nous avons colligé 93 patients référés à l’institut pour la prise en charge d’un cancer de l’œsophage, 46 femmes (49,5%) et 47 hommes (50,5%). L’âge moyen était de 49 ans avec une médiane de 50 ans et des extrêmes de 22 ans et 84 ans. La notion de tabagisme était retrouvée chez 24 patients (25,8%) et concernait exclusivement des hommes (51%), associé chez six cas à une notion d’alcoolisme. Le délai de consultation médian était de cinq mois. La principale circonstance de découverte reste la dysphagie (87,1%), suivie de l’aphagie (4,3%) et de l’odynophagie (4,3%). Le carcinome épidermoïde était le type histologique le plus représenté avec 89 patients (95,7%). L’adénocarcinome était retrouvé chez trois cas (deux hommes et une femme) et enfin un cas de carcinome adénosquameux. CONCLUSION : A l’Institut Joliot Curie de Dakar, le cancer de l’œsophage est essentiellement un carcinome épidermoïde. Il représente la cinquième localisation dans notre institut et survient chez des patients jeunes sans prédominance de sexe.
MOTS-CLES : Carcinome épidermoïde ; Adénocarcinome ; Œsophage ; Epidémiologie.

Click here to explore the paper.

Comments are closed.
Translate with Google »